Chapitre 56 : Le vol du halecret de Xu Ning

, par  Emmanuel

Résumé du chapitre :

Tang Long encense auprès des autres capitaines les diverses possibilités techniques de la hanicroche pour défaire la cavalerie enchaînée. Il affirme être en capacité de forger de telles armes, mais par contre n’en connaît pas les secrets du maniement. Son oncle, chef des lanciers de la garde impériale et personnelle du Fils du Ciel maîtrise cet instrument. Il est le seul homme dans tout l’empire à posséder la connaissance de l’ensemble des techniques secrètes de la hanicroche. Lin Chong devine de qui il s’agit, Xu Ning le Lancier d’Or , pour qui il a beaucoup d’estime.
Afin de décider Xu Ning à rejoindre le repaire, Tang Long propose de lui jouer un tour en lui dérobant son halecret précieux. Porté autour du cou cet objet parfait le garantit des jets de flèches et des coups de poignard sur le champs de bataille. Il garde cet objet dans sa chambre et n’ose le montrer à personne par peur de convoitises possibles. Wu Yong délègue Shi Qian la Puce sur le Tambour pour cette mission. Song Jiang organise la sortie de plusieurs de ses capitaines pour ramener les familles de Peng Qi et de Ling Zhen, ainsi que pour approvisionner le repaire en substances explosives. Tang Long et Lei Heng forgent un modèle de hanicroche afin qu’il soit reproduit par les autres forgerons des Monts Liang.
Shi Qian après plusieurs jours de route arrive près du domicile de Xu Ning, près de la Cité Interdite. Il prend le temps de repérer les lieux. Ses talents d’équilibriste lui permettent d’escalader les hauts murs de la propriété, et comme un singe de se glisser dans le pin du jardin, d’en descendre et de gagner la maison. Il surveille ainsi de près Xu Ning, sa femme, leur jeune fils et les deux servantes. Il attend le milieu de la nuit, le moment où Xu Ning s’absente prendre sa garde au palais pour agir. Shi Qian va jusqu’à imiter le bruit des rats afin de ne pas éveiller la suspicion des femmes de la maison. Il dérobe ainsi la malle du Lancier d’Or où est rangé le halecret. Sur le chemin du retour il tombe sur Dai Zong le Messager Magique qui récupère le halecret et repart seul vers les Monts Liang. Peu de temps après Tang Long retrouve Shi Qian. Il lui donne pour consignes de suivre un certain chemin vers la capitale orientale, de s’arrêter dans des auberges reconnaissables à un signe sur la devanture et surtout de bien mettre en évidence la malle précieuse.
Averti par ses deux servantes et sa femme, Xu Ning est tout retourné du vol de sa malle de cuir et de son précieux halecret. Tang Long débarque alors, prétextant une visite de courtoisie à son oncle. Les deux hommes vident ensemble quelques coupes. Xu Ning finit par avouer ses tracasseries. Tang Long joue le surpris et demande quelques détails sur l’affaire. Xu Ning parle avec précision de la malle de cuir dans laquelle était rangé le halecret, il décrit la couleur et la qualité de peau de la malle. Tang Long demande à son oncle si par hasard un motif de sa connaissance n’apparaîtrait pas sur la malle. Xu Ning est très surpris et demande à son neveu où il a bien pu voir sa malle. Le Léopard à Taches d’Or explique donc par déduction avoir vu son voleur. Ils partent donc à sa recherche. Tang Long s’arrange pour se rendre dans toutes les auberges marquées du signe convenu avec Shi Qian. Il emmène ainsi Xu Ning d’auberges en auberges jusqu’à ce qu’ils tombent sur le voleur qui bien sur n’est plus en possession du halecret. Ils trouvent ensemble un terrain d’entente, Shi Qian les met sur la piste du commanditaire du vol et les accompagne. Ensuite, aidé par Yue He Sifflet de Fer, ils piègent Xu Ning avec du vin soporifique. Le Lancier d’Or est transporté jusqu’au rivage des Sables d’Or où il se réveille devant l’ensemble des capitaines présents du repaire. Tang Long son neveu lui avoue être passé dans le monde des rivières et des lacs, le brigandage. Song Jiang et Lin Chong viennent lui présenter des excuses. Song Jiang précise même attendre un jour prochain une amnistie et enfin pouvoir avec vaillance soutenir son pays. Xu Ning quand même un peu contraint et forcé se rallie à la cause des Monts Liang. La formation à la hanicroche des nombreux soldats du repaire sous son œil attentif commence.
Les familles de Peng Qi, Ling Zhen et Xu Ning arrivent aux Monts Liang sous l’escorte de Yang Lin le Léopart de Brocard, Xue Yong le Tigre Malade et Tang Long. Li Yun le Tigre aux Yeux Verts ramène une provision d’explosifs conséquente.

Commentaires :

Le halecret objet symbole par excellence :

Plus léger qu’une armure ce corselet permet plus de mobilité pour celui qui le porte. Xu Ning tient beaucoup à cet objet qu’il conserve chez lui dans une malle. L’objet est composé de grandes plumes d’oies sauvages reliées entre elles par des petites lames métalliques. Il est précisé qu’il résiste bien au poignards, sabres et flèches. Xu Ning manipule plusieurs types de lances, entre autre la hanicroche, la fameuse lance à crochet. Il est donc possible d’imaginer que les mouvements qu’il utilise nécessite une certaine flexibilité et souplesse d’action de la part de son pratiquant. D’où le fait de remplacer les armures de protection lourdes par des objets légers. Cette hypothèse permet d’entrevoir le combat contre la cavalerie enchaînée et blindée d’un point de vue intéressant où souplesse de mouvements s’oppose à la lourdeur des armures.

La protection des familles des braves :

Depuis bons nombres de chapitres, beaucoup de familles des vaillants capitaines se trouvent conduites au repère et habitent à proximité de la Citadelle des Méandres sinon à l’intérieur. Certains des capitaines enrôlés le sont volontairement, même parfois sont dans l’obligation de trouver refuge auprès d’un groupe capable de les assimiler. Dans certains cas des réticences se ressentent, c’est le cas franchement pour Xu Ning. Afin d’être sûr de le rallier à la cause des Monts Liang, Tang Long son propre neveu va jusqu’à endosser la personne de son oncle dans l’attaque de voyageurs en criant haut et fort qu’il s’appelle Xu Ning, et en plus en portant son halecret.
De tout temps et pour beaucoup de civilisations les courtisans présents auprès du souverain font parti de la famille du souverain et des familles des vassaux les plus fidèles. Facile à comprendre ce procédé sert à conserver en vie car en sécurité les personnes permettant de garder et/ou reprendre le pouvoir sur des régions données. Plus implicitement il était bon d’avoir à ses côtés des membres de ses sujets les plus susceptibles de rejoindre ses ennemis ou encore de retenir en otage des membres des familles des ennemis potentiels. Ces otages risquaient leur vie en cas de guerre ouverte et de passage de pacte en leur défaveur. L’organisation des Monts Liang reprend exactement ce système de fonctionnement.

Ce chapitre permet de découvrir un nouveau personnage principal du roman :

Xu Ning, le Lancier d’Or, 18ème dans la liste des 36 astres célestes.

Aller au chapitre 57