Chapitre 39 : Wu Yong utilise les compétences du Messager Magique

, par  Emmanuel

Résumé du chapitre :

La jeune chanteuse qui s’est évanouie par la poussée de Li Kui reprend ses esprits. Lotus de Jade, c’est son nom et ses parents reçoivent un peu d’argent de la part de Song Jiang pour effacer ces préjudices. Song Jiang revient à la prison. Ayant consommé trop de poissons, il est malade pendant la nuit entière et met une semaine à récupérer pleinement sa santé.
Lors de sa première sortie de convalescence, il cherche Dai Zhong, puis Li Kui et aussi Zhang Shun, mais ne trouve personne. Triste de se retrouver seul, Song Jiang entre dans le Pavillon de Xun Tang. Emprunt de mélancolie en pensant à son histoire, ses parents, ses amis, il se met à écrire des vers sur les murs qu’il signe de son nom. Son poème signé de sa main parle de rébellion et s’ajoute aux nombreux phrases d’autres auteurs quelquefois inconnus. C’est ivre qu’il quitte le pavillon. La nuit passée il a complètement oublié sa soirée et la nature des inscriptions qu’il a laissé sur les murs.
Huang Wen Bin, individu proche du pouvoir et non recommandable pour son éthique passe par le Pavillon de Xun Tang avant de rendre visite à son ami le préfet de Jiang Zhou, Cai le neuvième. Il lit par curiosité les inscriptions sur les murs et tombe sur les vers de Song Jiang. Il comprend assez vite que l’auteur lance un appel à la rébellion. Il prévient le préfet qui se laisse convaincre assez facilement, d’autant plus que Huang Wen Bin tient des informations du Bureau Impérial des observations anatomiques. La constellation de la Grande Ourse se rapproche de certaines provinces laissant croire à des épisodes prochains de soulèvement . Le préfet convoque Dai Zhong qui reçoit l’ordre de se saisir de Song Jiang et de le ramener pour une comparution immédiate. Dai Zhong prévient à l’avance son ami de la tenue de sa venue toute proche grâce à ses bottes magiques qui lui permettent en peu de temps de se rendre à la prison où loge Song Jiang. Lorsque avec des gendarmes Dai Zhong vient chercher Song Jiang celui-ci fait l’idiot, se roule dans des excréments,… Que de bonnes raisons pour Dai Zhong pour le laisser à ses faux délires et ne pas le ramener devant le préfet. Mais à son retour le préfet soutenu par Huang Wen Bin insiste pour voir Song Jiang et décider de son sort. Dai Zhong retourne chercher son ami. Devant le préfet, Song Jiang voulant toujours se faire passer pour fou invoque l’Empereur de Jade, le Roi des Enfers, le Général des Cinq Directions,… Mais rien ni fait, il est jugé coupable de trahison, subit une terrible bastonnade, et finit par avouer être l’auteur du poème. Il est enfermé dans les cellules des condamnés à mort. Dai Zhong veille sur lui afin qu’il soit bien traité.
Huang Wen Bing vise un poste important pour le développement de sa carrière. Il influence le préfet pour qu’il informe par courrier son père Cai De Jing personnage important de l’empire sur l’affaire de Song Jiang. Dai Zhong le Messager Magique est choisit pour se rendre à la capitale orientale. En son absence il demande à Li Kui de veiller jour et nuit sur Song Jiang.
Dai Zhong chemine la première journée parcourant des distances phénoménales avec ses amulettes magiques accrochées sur ses bottes. Son deuxième jour de marche le fait s’arrêter dans une auberge qu’il ne connaît pas mais où les circonstances du voyage l’oblige à se rendre. Nous connaissons déjà le tenancier, il s’agit de Zhu Gui le Caïman sur le Sec. Il drogue son client, qui s’endort assez vite. Pendant que Dai Zhong est conduit en salle de dépeçage, Zhu Gui prend connaissance de la missive. Il comprend alors qu’il s’agit de Dai Zhong ami intime d’un des chefs du repaire des Monts Liang le clerc Wu Yong l’Astre de Sapience. Malgré tout Zhu Gui reste interrogatif car la lettre ne met pas en valeur Song Jiang. Il réveille Dai Zhong avec un antidote et lui demande de s’expliquer sur ces deux points. Il répond à son réveil en effet être l’ami de Wu Yong et également de Song Jiang. Il espère trouver une solution pour ce dernier à la capitale orientale mais rien n’est sûr. Zhu Gui emmène Dai Zhong aux Monts Liang. Chao Gai le Roi Céleste et Wu Yong l’interrogent à propos de Song Jiang. Chao Gai veut monter une expédition armée pour délivrer Song Jiang. Wu Yong préfère jouer de subtilité en rédigeant une fausse réponse de Cai Jing. Il veut utiliser les talents de Dai Zhong pour gagner du temps. Pour cela les braves du repaire doivent s’octroyer les services de deux hommes. Xiao Rang le Calligraphe à Main Surnaturelle qui est le seul à imiter à la perfection l’écriture de Cai Jing. Et Jin Da Jian l’Artisan aux Bras de Jade qui est un spécialiste dans la confection des sceaux. Dai Zhong doit aller voir les deux hommes à Ji Zhou et les convaincre de rejoindre le repaire. Pour cela il se fait passer pour le supérieur du temple Tian An Zhou et racontent aux deux hommes que les notables de la région lui ont confié une somme d’argent importante pour les faire venir. Ils acceptent de suivre Dai Zhong, et sur la route sont rejoints et contraints par Wang Yin le Tigre Nain, Du Qian Touche le Ciel, Zhang Tian Shou le Sieur à Face Blanche et pas moins de quatre vingt dix hommes de venir au repaire.
Chao Gai leur explique le rôle qu’ils doivent jouer dans la libération de Song Jiang. Pour garantir la sécurité de leurs familles Chao Gai s’est arrangé pour les rapatrier au repaire. Wu Yong donne aux deux hommes les éléments de composition de la lettre qui est ainsi rédigée et cachetée.
Dai Zhong est envoyé à Jiang Zhou avec la nouvelle et fausse missive. Après son départ, Wu Yong se rend compte qu’il a oublié un élément dans la réponse qui va causer la mort de Dai Zhong et de Song Jiang.

Commentaires :

L’écriture au centre du roman :

Une intrigue de plus pour le roman, cette fois liée par l’écriture, permet aux "artistes" et artisans de montrer leurs talents respectifs. Cela commence par le poème de Song Jiang au pavillon de Xun Tang. La lettre de Cai le neuvième à son père Cai Jing, puis la fausse réponse de Wu Yong copiée par le calligraphe et scellée par le graveur permettent d’entrevoir les contre-attaques possibles mises en action par les Monts Liang.

Le poème de Song Jiang au pavillon de Xun Tang :

Song Jiang pose ses pensées sous l’action certes de l’alcool, néanmoins son ressenti s’exprime par des mots. Sublimation de sa pensée, ces mots vont déclencher la rébellion qui guidera les 108 chevaliers brigands à se réunir, à sceller leur alliance et aussi et surtout à agir non pas contre mais pour l’empire de Chine. Fonctionnaires et militaires corrompus n’ont plus qu’à bien se tenir...ou bien disparaître...dans une grotte ou sous le sabre et l’épée des compagnons des Monts Liang.

Par rapport aux Cinq Éléments :

L’action du Feu se situe au niveau de l’imagination du poème donc une forme de sublimation de la pensée. Et l’écriture du poème sur le mur du pavillon de Xun Tang se met en résonance sur l’action de la Terre.

La lettre de Cai le neuvième :

La famille Cai se composent de fonctionnaires visiblement corrompus. La lettre adressée à Cai Jing par Cai le neuvième sonne comme une réponse au poème de Song Jiang. Huang Wen Bing en est presque l’instigateur, imaginant en dénonçant Song Jiang vers une autorité plus haute encore, récupérer un poste important.

Par rapport aux Cinq Éléments :

Rédaction d’une lettre officielle par des fonctionnaires, c’est l’action de la Terre et du Métal.

La fausse réponse de Wu Yong rédigée par le calligraphe et scellée par le graveur :

Une nouvelle fois l ’Astre de Sapience, formidable et indétrônable stratège des Monts Liang dirige d’une main de maître le plan pour sauver Song Jiang. Convaincre en utilisant un subterfuge le copiste calligraphe et le maître artisan n’est pas un problème pour lui.

L’atelier de Jin Da Jian l’Artisan aux Bras de Fer qui copie un dragon chinois...
L'atelier de l'Artisan aux Bras de Fer
en fait il s’agit de l’atelier d’hiver dans la maison de Sylvie la céramiste et de Manu son assistant !
Dragon sur terre de Saint Amand en Puisaye (Nièvre)
Dragon sur Terre de Saint Amand en Puisaye (Nièvre-Bourgogne)...
Dragon sur terre rouge du Brésil
Dragon sur Terre rouge du Brésil.

Dragon chinois : image vue sur un détail de la décoration d’un paravent en laque rouge, datant du règne de Qian Long (1736-1796). Musée du Vieux Palais. Pékin.

Par rapport aux Cinq Éléments :

La rédaction d’une fausse lettre mobilise le Métal dans un premier temps puis l’Eau, s’agissant d’une stratégie.

Puis le Messager Magique est envoyé, à grands renforts de ses amulettes, le Bois est alors mobilisé.

La constellation de la Grande Ourse :

Déjà au chapitre 14 Chao Gai le Roi Céleste Porteur de Pagode en racontant son rêve à Wu Yong fait une mention des sept étoiles de la Grande Ourse. Il y voit d’ailleurs un bon présage lorsque celles-ci s’abattent sur le faîtage de sa maison. cet épisode a lieu juste avant le vol du convoi d’anniversaire.
Pour ce chapitre, le Bureau Impériale des observations astronomiques selon les dires de Huang Wen Bin a vu la constellation s’approcher des pays de Wu et de Chu, signe de la venue de fauteurs de troubles.
Certains y voient donc une bénédiction et d’autres une malédiction.

Ce chapitre permet de découvrir deux nouveaux personnages principaux du roman :

Xiao Rang, le Calligraphe à Main Surnaturelle, 10ème dans la liste des 72 astres terrestres.
Jin Da Jian, l’Artisan aux Bras de Jade, 30ème dans la liste des 72 astres terrestres.

Aller au chapitre 40