Chapitre 13 : Joute au plançon et à l’arc

, par  Emmanuel

Résumé du chapitre 

Le chancelier Liang s’apprête, avec ses deux grands intendants Li Cheng et Wen Da, à observer les démonstrations d’armes entre Zhou Jin et Yang Zhi le Fauve à Face Bleue. Pour la première épreuve Wen Da propose au chancelier de protéger la pointe des lances afin d’éviter des blessures profondes, voir la mort d’un des deux combattants. Les manchons protecteurs des pointes sont recouverts de terre argileuse afin de comptabiliser les traces sur les tenues noires des combattants à la fin du combat. Avec une seule marque sur son équipement Yang Zhi sort victorieux, son adversaire étant maculé d’une cinquantaine d’impacts. Le tir à l’arc à cheval limité à l’utilisation de trois flèches où les concurrents en mouvement avec l’animal se visent constitue l’épreuve suivante. Yang Zhi intercepte en plein vol la dernière flèche tirée par son adversaire. Le premier et unique tir de Yang Zhi atteint Zhou Jin à l’épaule, tombant de surcroît de cheval. Alors que le chancelier Liang s’apprête à donner la place du perdant à Yang Zhi, Suo Chao le Mangeur de Ravelins intervient et défie le gagnant . Il prétexte que Zhou Jin récemment remis d’une affection n’était pas en possession de tous ses moyens. Le surnom de Suo Chao le Mangeur de Ravelins lui vient de sa réputation quant à la vivacité et la rudesse de son engagement sur le champs de bataille où il recherche la distinction. Yang Zhi interrogé par le chancelier Liang accepte cette nouvelle joute. Le chancelier lui prête son cheval de bataille personnel. De son côté Li Cheng fait de même pour Suo Chao. Au son de la détonation d’un tir de canon les deux jouteurs font leur apparition dans l’aire de démonstration. Un combat extraordinaire réjouit et ébahit tous les spectateurs, ne permettant pas toutefois après une cinquantaine d’assauts de définir un gagnant. Wen Da de peur qu’un de ces deux hommes valeureux se blesse ou pire encore meure, demande au chancelier de stopper le combat. Grâce à leurs prouesses les deux hommes sont promus régisseurs militaires. Suo Chao par la suite apprend à connaître Yang Zhi qu’il apprécie entre autres pour sa droiture.
Lors de la fête du dragon, la femme du chancelier Dame Cai rappelle à son mari qu’il est redevable de sa carrière à son beau-père. Cette pique verbale est lancée afin de parler de l’anniversaire de celui-ci quelques semaines plus tard. L’année passée le chancelier Liang avait envoyé un convoi d’anniversaire qui avait été pillé sur la route. Il réfléchit donc à la personne à envoyer pour protéger et garantir la sécurité du convoi composé de bijoux et joyaux.

Changement de lieu, changement de personnages, l’histoire passe de Da Ming la capitale du Nord à la sous-préfecture de Yun Chen au Shan Dong. Un nouveau préfet Shi Wen Bin convoque le chef de la police et ses deux capitaines : Zhu Tong Belle Barbe et Lei Heng le Tigre Volant. Tous les deux sont responsables de la capture des bandits de la région. Le préfet craint des attaques des brigands des Monts Liang. Aux ordres du préfet ils partent chacun de leur côté afin de glaner quelques informations.
Dans la campagne, Lei Heng avec sa troupe composée d’une vingtaine de fantassins passe devant le temple du Mandarin Surnaturel. La porte est ouverte, il rentre et voit reposant sur l’espace dédié aux offrandes un homme d’aspect douteux, nu et endormi. Lui et ses hommes le prennent pour un bandit et le passent aux arrêts.

Commentaires 

Ce chapitre met en scène les qualités de combattants de Yang Zhi et de Suo Chao qui ne déméritent pas lors de leur joute.
Ce chapitre lie et va rapprocher plusieurs personnages. Les qualités guerrières de Yang Zhi vont pousser le chancelier Liang à lui donner la garde du fameux convoi d’anniversaire. Et ce convoi a toute son importance, car une bande de valeureux brigands (dont certains sont déjà apparus dans les chapitres précédents) va se constituer pour le dérober. Ces mêmes brigands rejoindront par obligations les Monts Liang peu de temps après et y bouleverseront l’organisation du commandement.

Le tir à l’arc chinois 

Ce chapitre amène naturellement le lecteur à comprendre que le tir à l’arc en Chine à cette époque mêle à la fois rites de démonstration et pratiques guerrières.
L’épreuve du tir à l’arc à cheval entre Zhou Jin et Yang Zhi est décrite dans les pages 330 à 334.
Pour un court résumé de cette scène : Yang Zhi accroche sa corde sur son grand arc, interpelle Zhou Jin en lui ordonnant de tirer le premier ses trois flèches. Entendant la corde claquer lors du premier lâché, il se baisse et se projette sur un des côtés de son cheval. La deuxième flèche est détournée par une parade effectuée avec son arc. La troisième flèche en plein vol est attrapée à la main. La première flèche de Yang Zhi atteint son adversaire à l’épaule.

Pour en savoir plus sur ce sujet concernant les arts chevaleresques de la Chine :

Un article de Gérard Depreux montrant la profondeur et les applications de cet art,

Le site de La Voie de l’Arc illustré par Gérard Depreux présentant la pratique chinoise du tir à l’arc rituel :
http://kung-dao.com/

Cette pratique de tir à l’arc classique chinoise est entretenue et enseignée par Gérard Depreux, membre de la Convention des Arts Classiques du Tao. Un livre de cet auteur sur ce sujet est également disponible.
http://www.editions-tredaniel.com/gerard-depreux-auteur-2380.html

Ce chapitre permet de découvrir trois personnages principaux du roman :
Suo Chao, le Mangeur de Ravelins ou le Téméraire, 19ème dans la liste des 36 astres célestes.
Zhu Tong, Belle Barbe, 12ème dans la liste des 36 astres célestes.
Lei Heng, le Tigre Volant, 25ème dans la liste des 36 astres célestes.

Aller au chapitre 14